cahiers peret7 couv  Présentation

Les Cahiers Benjamin Péret ont retracé dans leur précédente livraison la dispersion du mouvement surréaliste pendant la Seconde Guerre mondiale, le refuge de plusieurs surréalistes à Marseille et, pour certains d’entre eux comme Benjamin Péret, leur exil au Mexique. Le dossier que nous consacrons dans ce numéro au groupe de La Main à plume apporte un complément au précédent. Une jeune génération de poètes va se réclamer du surréalisme en choisissant de poursuivre une activité artistique clandestine sous l’Occupation. Alors que Péret jouit parmi eux d’un grand prestige, ils n’entendent pas, purement et simplement, imiter leurs aînés. Dans les pires conditions, celles de l’Occupation, ils parviennent à maintenir un foyer de liberté créatrice. Les études de Richard Walter et de Léa Nicolas-Teboul apportent sur la brève histoire de ce groupe, longtemps oubliée et sous-estimée, un nouvel éclairage et des informations précieuses qui lui rendent justice. Le second dossier est un hommage des Cahiers à notre ami et collaborateur Guy Prévan disparu en mai 2017. Nous avons rassemblé plusieurs de ses textes inédits ou peu connus qui montrent chacun les facettes de sa riche personnalité : son érudition, son talent de pamphlétaire, son humour souvent féroce, sans oublier le poète qu’il était avant tout. Guy Prévan a non seulement été le maître d’œuvre des quatre derniers volumes des Œuvres complètes aux Éditions José Corti mais il est celui qui, au sein de l’Association des amis de Benjamin Péret, a contribué de manière décisive à approfondir notre connaissance du poète surréaliste. On lira, dans la partie Correspondance, les lettres de Péret à Picasso présentées par Jean-Michel Goutier. On y apprend que le peintre lui a apporté son aide pour sa libération de la prison de Rennes. Parmi les études, celle de Gérard Durozoi explore les origines cachées et jusqu’ici hermétiques des rébus présentés par André Breton et Benjamin Péret dans l’Almanach surréaliste du demi-siècle. Régis Gayraud nous révèle de manière inattendue une brève collaboration entre Benjamin Péret et Iliazd tandis que Raphaël Neuville évoque la relation entre Benjamin Péret et Adrien Dax en examinant la place singulière de ce dernier par rapport à la nouvelle génération qui rejoint le mouvement surréaliste à partir du milieu de années quarante. Nous remercions chaleureusement pour leur concours efficace à ce numéro des Cahiers Benjamin Péret : Paolo Casciola, Raphaël Neuville, Léa Nicolas-Teboul, Régis Gayraud, Dominique Rabourdin, Richard Walter et aussi, pour leur générosité : Simone Dax-Rowling, François Mairé et Bruno Montpied.

sommaire Cahiers Peret 7

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 

Bon de commande des Cahiers Benjamin Péret n° 7, octobre 2018)

Nom............................................................................................

Prénom........................................................................................

Adresse......................................................................................

.................................................................................................…

Téléphone:....................................................................................

adresse email:  ............................................................…………..

Je commande : ----------------------        exemplaire(s) 

Prix unitaire : 20 euros
Frais de port : 4 euros (France) 6 euros (Etranger)


Total : ………………………….

Règlement: 

Par chèque à l’ordre de
L’Association des amis de Benjamin Péret,
50, rue de la Charité, 69 002 Lyon

Par virement à l’Association des amis de Benjamin Péret :
La Banque postale 45900 LA SOURCE Paris CEDEX 09
CCP n° 3870334A033
IBAN FR75 2004 1010 1238 7033 4A03 393
BIC PSSTFRPPSCE

Pay Pal: Assocaition des amis de Benjamin Péret